Bien comprendre la profondeur des dons
du Fauteuil. Le Fauteuil est la matérialisation de l’éternelle flamme, bien
au-delà même des technologies intégrées dans son fonctionnement. Il est le
messager de l’intention des Gardiens de la Flamme : réinscrire dans les
codes cellulaires, dans les codes de l’ADN, l’immortalité de la structure
physique, simplement par dévotion envers l’amour.

Il ne s’agit pas, vous le savez, d’une
structure mentale ou égotique qui voudrait préserver sa structure physique, il
s’agit de ramener la vie au contexte juste. Comment la vie pourrait-elle être
autre qu’éternelle ? Comment le temple de la vie, le corps, pourrait être
autre qu’immortel ?

Le secret n’est dans aucune technologie.
Le secret est dans l’intensité de l’amour. Savoir retrouver l’art de l’amour.
Savoir retrouver l’art d’aimer.

Cela vous a été montré dans ce moment
que vous vous appelez cet après midi.

Offrir l’intensité de l’attention au
souffle. Être présence, simple présence à la structure physique, simple
présence à tout ce qui se présente sans s’arrêter nulle part. Garder l’intensité
de l’attention offerte à la présence, et aller au-delà pour rencontrer son
propre infini sans jamais s’arrêter.

Naturellement, l’infini révèle sa nature
d’amour. L’attention reste avec toujours plus d’intensité sur l’amour, la structure
de la vie. Ainsi le corps devient la flamme vivante, la Triple Flamme.

Comprenez-le, qu’est-ce que l’amour ?
Très souvent l’amour est ramené à un sentiment ou une émotion limitée. L’amour
dans sa nature est l’infini, et l’amour n’est que le chant que l’infini s’offre
à lui-même.

On ne peut s’approprier l’amour. On ne
peut que le servir en révérant sa structure d’infini.

Il est vrai, servir l’amour est exigeant
car au nom de l’amour offert à l’amour, l’on base chacun de ses choix, les
plaçant en harmonie avec l’intention la plus profonde pour son incarnation.

Être écoute. Être écoute de la vie à
travers chaque choix, simplement. Et vous le savez, il n’est pas de grand choix
qui soit plus important que chaque petit geste, que chaque petit choix. A
travers chaque petit geste et chaque petit choix, est-ce que je sers l’amour ?
Et à travers chaque petit geste et chaque petit choix, est-ce que je sais qui Je
Suis ? Est-ce que je joue le jeu des masques, m’identifiant à quelque
histoire, quelque rôle, quelque société, quelque portion de la
population ? Ou est-ce que je reste le dévot de l’amour ? La seule
identification alors, est celle-là, être le dévot de l’amour.

Beaucoup vont dire ne pas pouvoir, ne
pas savoir ou être enfermé dans quelque mode d’émotion ou quelque empêchement.
Cela n’a pas de sens. Comprenez-le, la vie n’est qu’affaire de choix. Nous ne
parlons pas de choix facile, nous parlons du choix de chaque instant, d’être à
l’écoute de sa propre divinité.

Nous vous donnons la clef, aller
au-delà, ne jamais s’arrêter. Nous vous donnons la clef, l’attention offerte au
souffle vous permet d’être présence, et dans cette présence vous offrez l’attention
à tout ce qui se présente sans jamais s’arrêter jusqu’à ce que la relation de
cet être qui est pure présence soit naturellement avec lui-même. Cette relation
est simplement la relation que l’amour a avec lui-même.

Nous ne parlons pas de vie facile, nous parlons
de simplicité. La simplicité est l’exigence la plus grande. Honorer sa propre
simplicité, offrant l’addiction au facile car la vie n’est pas affaire de
facile, la vie est affaire de dévotion. La dévotion est offerte à la simplicité
d’être le feu de l’amour.

Vous voyez la beauté, vous quittez le
facile et vous entrez dans le simple. Vous choisissez d’être droit dans la
verticalité de l’être qui se sait le divin et qui choisit de ne percevoir et de
n’honorer que le divin dans chaque parcelle de création.

La voie sacrée est la voie du simple. La
voie du simple est la voie de l’amour. La voie de l’amour est l’incarnation de
la flamme éternelle. Ramener cela vivant dans le code de l’ADN, dans le code
cellulaire, cela est le don du Fauteuil, cela est le don des Gardiens de la
Flamme, cela est le don offert à l’amour.

Comprenez-le, ramener les dons aux êtres
humains est, pour les Gardiens de la Flamme, œuvre de dévotion, car pour la fraternité,
seule est la dévotion offerte à l’infini de l’amour, et l’infini de l’amour est
la nature et la structure de chaque parcelle de vie.

N’oubliez pas, ne plus choisir le
facile, ne pas choisir de se laisser programmer par les programmes des morts
vivants. Choisir la vie. Et chaque choix compte. La vie n’est pas une
abstraction. La vie est ici, maintenant, l’incarnation concrète de la plénitude
de l’amour.

Comprenez-le, chaque choix compte. Que
faites-vous avec votre corps ? Comment nourrissez-vous votre corps ?
Le nourrissez-vous des sentiments les plus fins ? Ou choisissez-vous le
facile, les nourrir d’émotions débordantes parce que l’être a oublié l’art de
la maîtrise ? La maîtrise réside dans l’amour, l’amour offert au simple.
Le simple sait que tout est possible. Il suffit de choisir, chaque moment.

Et nous vous donnons la clef, nous vous
donnons les clefs. La première clef est l’attention tout offerte au souffle. La
deuxième clef est de ne s’arrêter nulle part, tout est bienvenu, tout est perçu,
mais l’attention tout entière est offerte à cet éternel au-delà qui toujours s’autodépasse
à travers la présence. La simple présence, comprenez-vous ?

Le simple est exigeant. Le facile est
désuet. L’humanité a cru que suivre les voies du facile la mènerait vers quelque confort illusoire ou
quelque bonheur, et l’humanité s’est endormie dans les jeux du facile. De par
ce sommeil, tout s’est compliqué et l’humanité a perdu l’art du simple.

Le simple est de choisir à chaque moment
la pure présence, l’attention tout offerte à ce qui est là, maintenant, non les
rêves de ce qui pourrait être là, non les émotions créées par des crispations
ou des attachements à ce qui était ou ce qui sera.

Avez-vous remarqué à quel point
maintenant, dans chaque moment de maintenant, il n’est que le simple ? Pas
d’histoire. L’histoire est un nuage qui se plaque de par l’addiction au passé, au
futur ou au temps. Avez-vous remarqué que maintenant est l’éternité ?
Quitter l’addiction au temps linéaire. Cela n’a pas de sens. Vous croyez avoir
un âge, vous n’en avez pas. Si vous êtes honnête à vous-même, vous êtes au-delà
du temps car seul est l’éternel, n’est-ce pas ? L’amour, magnifique et
merveilleux, la vie.

Comprenez-le, on ne peut à la fois être
endormi et éveillé. Que choisissez-vous ? L’éveil, la voie du
simple ? Ou le sommeil, l’addiction au facile ? Car il est facile de
s’identifier à n’importe quel vent, à n’importe quel nuage. Il est vrai, les
vents peuvent jouer à être tornades et très importants car nourris par l’histoire,
l’histoire de l’histoire nourrie par l’histoire de l’histoire.

Comment l’humanité a-t-elle pu oublier
que son histoire est la pure gloire du divin ? Comment l’humanité
peut-elle oublier que la société est d’harmonie ? Même si l’on veut jouer
le temps du temps linéaire, comment l’humanité peut-elle oublier que l’ère d’harmonie
pour l’humanité est éternelle, et que cette illusion d’une vie qui semble lutte
ou que cette illusion de cette perte de la conscience de soi est à peine la
moitié d’un battement de cil, la moitié tellement courte. Ils disent des
milliers d’années, savent-ils comparer des milliers d’années avec l’éternité ?
Quitter ces comparaisons. Ne comparez pas aujourd’hui à hier ou à demain. Hier et
demain ne sont que rêves. Maintenant que choisissez-vous ?

Nous vous donnons les clefs. Prenez-les.
Appliquez-les. Cela demande de déposer les critères désuets. Cela demande d’oser
quitter l’identification aux conditionnements. L’être humain est l’amour
éternel et c’est tout. Et c’est tout. Merveilleux, n’est-ce pas ?

Ne vous croyez ni jeune ni vieux, ni
sage ni ignorant, ni capable ni incapable. Osez incarner votre divinité.
Comprenez-le, cela est la seule simplicité. Cela ouvre la porte au tout est
possible. Il suffit de déposer les attachements aux références erronées.

Voyez, la simplicité ouvre à l’union
éternelle. La simplicité ouvre au retour à la mémoire qu’il n’est que la
fraternité, la fraternité du vivant. Chaque être uni à tous les êtres. Comment
pourrais-tu croire que tu es seul ? Souviens-toi, les étoiles sont tes
sœurs et les fibres de ton être. Souviens-toi, la fraternité n’est pas
seulement composée d’êtres humains, des milliards d’anges, des milliards de
formes de vie, les éléments, les êtres, la nature, tout cela est la fraternité.

La simplicité ramène à l’ouverture, et l’ouverture
est la dévotion à sa propre divinité.

N’oubliez pas, nous vous donnons les
clefs. Rien n’est impossible. Nous vous ramenons l’art de l’incarnation.

Nous vous saluons.